Accueil

  

Liens, listes, Q&R

  

Les études

  

Les relevés

  

Les archives

  

Le département

  

Divers

  

Photos

  

Blog

  

Bienvenue

  

Présentation

  

Les Réunions

  

Le bulletin

  

La famille Troussevache de l'est parisien

Par René Connat
rconnat@numericable.com.fr

Les noms de Troussevache, Damoisel (Damoiselet) et Charton étaitent présents à Louvres (95) localité distance de Noisy-le-Sec d'une vingtaine de kilomètes au nord en l'an 1327. Ces personnes étaient censitaires du prieuré Saint-Martin de Louvres (Caran, S 1461), localité très peuplée et où le roi Philippe II avait créé au XII ème siècle un hôpital.

La famille Troussevache est l'une des plus ancienne de Noisy-le-sec et remonte à Pierre Troussevache qui en 1265 possédait le manoir du Carrouge (carrefour près de l'église) et 7 arpents relevant de l'abbaye de Saint-Denis (Caran S 2277).
En 1356, cette maison sera aliénée par Henri Troussevache à Baudoin de Lucques (Caran S 2382).

Puis viendrons chronologiquement:
- 1408, Jean, Martin et Thierry Troussevache, censitaires de l'abbaye Saint-Antoine pour une maison qu'ils tiendrons jusqu'en 1433. Etaient-ils frères ou parents, nous l'ignorons, mais voici une page extraite du censier de l'année 1478, dont voici la traduction de Gilbert Lecouteux:
Pierre Troussevache, fils et héritier par moitié, avec Jean Troussevache son fils de feu Thierry Troussevache pour les héritages à plain déclarez (sic) en la déclaration faite par Maître Pierre Bobye l'an 79 pour la part du dit Pierre seulement.
Pour cens et coustume 9 sols 8 deniers parisis
Suit pour cette année 9 sols 8 deniers parisis
Et soit noté qu'il y a 2 arpents chargés de 7 sols modérés à la volonté de 3 sols 4 deniers tant qu'il plaira à Madame (NDLR. Ma dame de Saint Antoine, c'est à dire l'abbesse).


Pour ceux qui voudraient déchiffrer ce censier bien écrit en minuscule caroline et bien entendu en latin, la cote est Caran, série S 1461.

§§§

Jean Troussevache, maire de la censive de Saint-Antoine de Noisy-le-Sec de 1479 à 1488, était fils de Pierre Troussevache et tous deux étaient héritiers et héritier par moitié de Thierry Troussevache.

J'ignore qui lui succéda comme maire, mais en 1499 son successeur était mon collatéral Jean Charton le jeune qui par sa diplomatie mit fin au conflit qui existait depuis 13 ans entre l'abbaye et les marguilliers de l'église Saint-Etienne, lesquels refusaient de payer le cens. En définitive, ils réglèrent seulement 13 sols pour ces 13 ans de retard.

L'oncle de Jean Charton le jeune était Jean Charton l'aîné mon ancêtre 24576, époux de Jeanne Troussevache, fille de Jean. Ce dernier avait plusieurs autres enfants:



Leur cousin était vraisemblablement Guillaume Troussevache, fils de Richard Troussevache (même cote que ci-dessus) et peut-être Catherine Troussevache, femme de Jean Pantin (Pentin), censitaire de Saint-Antoine en 1480 pour des terres aux lieux-dits TouffleRose et les Plantes, acquises de l'orfèvre Jacob Beaucôté, également propriétaire à Bondy.

La famille Troussevache était également présente en 1519 à Merlan, seigneurie à cheval sur Noisy-le-sec et Bondy où Etienne Troussevache, fils de Pierre possédait une maison .

Quant à Thierry Troussevache, il possédait 1 arpents au lieu-dit la Chaise à Bondy (AD 95, cote 12 H 57/2, f° 32 et 40 ).

S'agit-il de deux frères ayant partagé un héritage commun? La question reste posée.

Comme on le voit, les recherches généalogiques ne s'arrêtent pas aux registres paroissiaux et les archives abbatiales restent encore à dépouiller.

§§§

Un peu d'onomastique: A l'origine du patronyme, les Troussevache dépouillaient les vaches. C'étaient donc des équarisseurs ou des gens travaillant le cuir.

§§§

Il y avait une rue Troussevache à Paris 1er et 4e, actuellement rue de la Reynie:
Précédemment, rue de La Reynie et rue Oniard. La partie comprise entre les rues Quincampoix et Saint-Denis était précédemment la rue Troussevache ; elle existait en 1248. La rue Ogniard, comprise entre la rue Saint-martin et la rue Quincampoix, désignée sur un titre de 1260, s'est appelée anciennement rue Almari ou Almarici de Roissiaco (XIIIe siècle), rue Amauri ou Emauri de Roissy, Oignart (1493), Hoignart (1495), Hungard, Hougnart, Oniard, Aniac, Haumard. On l'a aussi nommée rue Marie de Poissy. Cf le site de la mairie de Paris

§§§


© CGEP - 2002-2017

Pour nous écrire   

Site réalisé et maintenu par   

Page mise à jour le 01-01-1970